Un safari-photo à Osaka avec Angelo !

osaka, osaka tourisme, safari photo osaka, safari-photo osaka, safari photo japon, safari photo angelo

Pour notre voyage au Japon, on s’est pas mal fait plaisir.
Ryokan, daims à papouiller, un petit tour à Tokyo Disney sea, restos et shopping : pas de doute, on ne s’est pas privés pour ne pas se sentir frustrés et profiter à fond de notre voyage au Japon.

A cette liste va s’ajouter le cadeau d’anniversaire que j’ai offert à Cédric pour ses 31 ans : un safari-photo avec Angelo, un talentueux photographe français qui vit à Osaka depuis 8 ans. Nous avions programmé notre séjour au Japon tout seuls, sans aide extérieure, ce qui nous a laissé une totale liberté de découvrir ce pays et cette culture à notre rythme, selon nos goûts et envies, et on ne s’en est pas trop mal sortis je crois. Mais parfois, il faut bien l’avouer, nous sommes restés intrigués et sans explication sur certains éléments : quelle était donc cette fête mystérieuse à Nara ? Pourquoi les japonais rient-ils (discrètement) quand je leur dis : « Sayonara » ? Pourquoi ne voit-on pas ou très peu de SDF ? L’homosexualité est-elle bien perçue au Japon ? Et le rôle de la femme, qui semble cantonnée à être femme au foyer ou businesswoman ?osaka, osaka tourisme, safari photo osaka, safari-photo osaka, safari photo japon, safari photo angelo

Angelo n’est pas sociologue, mais il connaît parfaitement bien le Japon, c’est aussi pour cette raison que nous étions ravis de nous laisser guider, pour une fois, afin de découvrir une facette d’Osaka hors des sentiers battus, celle que les touristes ne dénichent pas forcément tout seuls. Et puis comme ça, on a pu le bombarder de questions pour avoir enfin l’explication à tout un tas de choses qui nous chafouinaient !

Après un petit tour au parc d’Osaka, où la fatigue va nous couper les jambes après seulement 20 minutes de marche (il faut dire qu’on arrive presque au terme de nos 3 semaines de voyage, et 15 à 20 km par jour ça finit par user !), nous retrouvons Angelo et réalisons qu’on l’aura pour nous tout seuls, les touristes français n’étant peut-être pas si nombreux que ça en novembre à Osaka.

Et le moins qu’on puisse dire, c’est que grâce à Angelo, on a pu voir tout ce qu’on aime dans les métropoles sans toujours pouvoir le trouver nous-mêmes : le « vrai » Osaka, celui qui ne figure pas dans les guides de tourisme, le Osaka-village, le Osaka un peu cracra ou creepy, le Osaka où on s’encanaille gentiment… Et la liste est encore longue !

Mais pour commencer, nous découvrons un des tours dont Angelo a le secret : prendre de la hauteur pour apprécier Osaka autrement, grâce à un point de vue vertigineux… Ne nous demandez pas comment, mais il connaît bien l’un des gratte-ciels d’Osaka et nous mène d’abord à la « terrasse » d’un étage où, surprise, nous attend un temple, au beau milieu de la grisaille des buildings et d’un ciel chargé de Novembre !

osaka, osaka tourisme, safari photo osaka, safari-photo osaka, safari photo japon, safari photo angelo

L’exercice est d’autant plus amusant qu’Angelo possède le même appareil photo que moi, et me prête donc l’un de ses objectifs, un « fish eye » qui permet ces drôles de photos déformées en arrondi, ce qui permet de faire rentrer dans le même cadre les immenses gratte-ciels et le petit temple perché ici, dans un contraste dont on ne cesse de s’émerveiller.

Puis nous redescendons pour aller visiter un joli temple placé sous le signe de l’amour, et bien sûr incroyablement photogénique.osaka, osaka tourisme, safari photo osaka, safari-photo osaka, safari photo japon, safari photo angelo

osaka, osaka tourisme, safari photo osaka, safari-photo osaka, safari photo japon, safari photo angelo, osaka temple, temple amour japon

osaka, osaka tourisme, safari photo osaka, safari-photo osaka, safari photo japon, safari photo angelo

A la demande d’Angelo, nous ne pourrons pas vous donner l’itinéraire ou les adresses qu’il nous a fait découvrir, tout simplement parce qu’il s’agit de son travail, et qu’il se sert de son excellente connaissance d’Osaka pour bâtir des circuits sur mesure en fonction des envies de ses clients. Il nous paraît donc logique de respecter cette demande car sans lui, nous n’aurions effectivement pas pu visiter ces quartiers authentiques, parfois « dans leur jus », de cette immense ville qu’est Osaka. Et vous l’aurez compris, nous vous recommandons chaudement ses services, mais ne tardez pas trop si vous souhaitez faire une balade avec lui, notre petit doigt nous a dit qu’il fallait parfois 6 mois d’attente avant d’avoir un créneau libre !

Pour en revenir à notre balade, nous partons ensuite découvrir une rue typique d’Osaka, enfin typique… Disons que c’est assez caractéristique de l’absence de plan d’urbanisme de la ville, qui semble avoir poussé comme un champignon à certains endroits, mais qui à l’inverse, semble être restée figée dans une période du passé à d’autres endroits…

C’est l’occasion de découvrir une partie de la ville un peu « grunge », un peu moins policée qu’ailleurs, et c’est une nouvelle facette du Japon que nous découvrons à l’occasion :

osaka, osaka tourisme, safari photo osaka, safari-photo osaka, safari photo japon, safari photo angelo

osaka, osaka tourisme, safari photo osaka, safari-photo osaka, safari photo japon, safari photo angelo

Et bim, un squelette, comme ça, au milieu de la rue !

Et donc sans transition, on passe à ça :

osaka, osaka tourisme, safari photo osaka, safari-photo osaka, safari photo japon, safari photo angelo

Je crois que les amateurs d’architecture s’éclateraient sur une ville comme Osaka, qui offrent des rues si contrastées, avec du beau et du moins beau, mais au moins on ne s’ennuie pas !

En suivant Aneglo, nous croisons un drôle de personnage, que les plus attentifs auront déjà croisé sur le blog :Bon, on n’ira quand même pas jusqu’à poser avec lui !

Continuons sur notre lancée, et dans l’immense centre commercial dans lequel nous entrons, l’attraction principale ne vient pas de la multitude de magasins qui nous entourent, mais plutôt d’en haut, car en levant les yeux, on tombe sur… Une baleine !osaka, osaka tourisme, safari photo osaka, safari-photo osaka, safari photo japon, safari photo angelo

osaka, osaka tourisme, safari photo osaka, safari-photo osaka, safari photo japon, safari photo angelo

Encore un changement d’ambiance au programme, l’un de mes préférés du safari-photo : Angelo nous emmène dans le Osaka « bohême », celui qui a des couleurs et des petits airs de village, et qui m’a fait flasher pour son côté « bonbon-acidulé » !osaka, osaka tourisme, safari photo osaka, safari-photo osaka, safari photo japon, safari photo angeloosaka, osaka tourisme, safari photo osaka, safari-photo osaka, safari photo japon, safari photo angelo

osaka, osaka tourisme, safari photo osaka, safari-photo osaka, safari photo japon, safari photo angelo

 

osaka, osaka tourisme, safari photo osaka, safari-photo osaka, safari photo japon, safari photo angelo

osaka, osaka tourisme, safari photo osaka, safari-photo osaka, safari photo japon, safari photo angelo

A la nuit tombée, Angelo nous emmène dans un quartier bien différent de ceux qu’on a pu découvrir, en nous dévoilant un pan de la ville que nous n’aurions jamais trouvé nous-mêmes…

Et pour cause : ce quartier, réputé futuriste et novateur au temps de sa construction (qui date des années 80), n’a jamais bénéficié de travaux de rénovation, alors même que ses habitants ont vieilli en même temps que lui. Étrange et fascinant tableau que ces retraités et vieux messieurs accro aux bornes d’arcade avec Super Mario…
Mélangez cette ambiance un peu surréaliste avec des restaurants surdimensionnés qui proposent des plats gargantuesques à des prix défiant toute concurrence (on n’a pas testé, mais évalué la taille des assiettes avec celles qui étaient exposées en vitrine et qui faisaient presque peur !), et un ciné porno dont l’affichage, peint à la main, est régulièrement mis à jour, et on obtient une image du Japon qui donne une toute autre perspective sur ce pays visité depuis 3 semaines…

L’image ultra moderne, parfois lisse et sans accrocs du Japon a été un peu « égratignée » ce jour-là, pour notre plus grand plaisir, nous qui avons eu l’impression de s’encanailler gentiment.

osaka, osaka tourisme, safari photo osaka, safari-photo osaka, safari photo japon, safari photo angelo

Concentration maximale dans cette salle de jeux.

osaka, osaka tourisme, safari photo osaka, safari-photo osaka, safari photo japon, safari photo angelo, retro gaming japan, retro gaming japon

Impossible de résister à l’appel du jeu vidéo dans son jus !

osaka, osaka tourisme, safari photo osaka, safari-photo osaka, safari photo japon, safari photo angelo, retro gaming japan, retro gaming japon

osaka, osaka tourisme, safari photo osaka, safari-photo osaka, safari photo japon, safari photo angelo

osaka, osaka tourisme, safari photo osaka, safari-photo osaka, safari photo japon, safari photo angelo

osaka, osaka tourisme, safari photo osaka, safari-photo osaka, safari photo japon, safari photo angelo, osaka by nightosaka, osaka tourisme, safari photo osaka, safari-photo osaka, safari photo japon, safari photo angelo, osaka by nightNous terminerons la journée sur un « classique » du coin : le boeuf Wagyu, fondant et tendre à souhait, qui se déguste délicatement cuit au barbecue.

N’hésitez pas à demander les bonnes adresses d’Angelo, c’est d’ailleurs sur ses bons conseils que nous avons trouvé notre restaurant, où on nous a gentiment accueillis en prenant le temps de bien nous expliquer la cuisson spécifique et précise de chaque variété de viande qui nous a été proposée dans notre formule « barbecue ». La cuisson était quasiment chronométrée à la seconde, et les accompagnements aussi étaient délicieux. Ce repas raffiné et la très grande qualité de la viande de bœuf Wagyu représente un petit budget (quelque chose comme 80€ pour deux si mes souvenirs sont bons), mais nous voulions aussi clore notre séjour sur un dernier bon repas mémorable avant notre retour en France qui se profilait dès le lendemain…

Pour la petite histoire, c’était le jour où mon rhume a atteint des sommets, rhume qui m’a empêchée de pleinement apprécier la subtilité et les saveurs nuancées de mon repas, dommage ! (Et j’avais honte de devoir me moucher en public au Japon, où c’est très mal vu, j’ai donc reniflé comme j’ai pu tout le long du repas, et j’ai finalement craqué au dessert !!)

 

2 Commentaires

  • Béné no Fukuoka ! 29 novembre 2018 at 4 h 17 min

    C’est chouette d’avoir des retours sur ce service. Je pourrais donner l’adresse de ton blog lorsque je le conseillerai car je n’ai jamais essayé moi-même (et je ne pense pas qu’Angelo, aussi talentueux soit-il arrive à me faire aimer Ôsaka 🙂 )

    Reply
    • Bulle 29 novembre 2018 at 17 h 51 min

      Qu’est-ce qui t’a déplu à Osaka ?
      Merci en tous cas pour le relais, de notre côté on a bien aimé cette ville même si 3 jours, c’est beaucoup trop peu pour la découvrir. Et j’en garde des souvenirs d’émerveillement pour son côté très décomplexé du néon, ah ah !

      Reply

Laisser un commentaire