Dormir dans un ryokan, une expérience inoubliable – Japon

Je vous ai déjà parlé de notre étape à Nara, juste ici.

Nara était une étape absolument incontournable pour moi qui adore le concept de pouvoir approcher des animaux en liberté. Cette étape était aussi pour nous une belle transition entre nos 10 jours à Tokyo, et notre séjour prévu à Kyoto. Une étape “nature” qui nous a fait beaucoup de bien après la frénésie de la capitale japonaise.

Pour pousser l’expérience jusqu’au bout, et parce qu’on ne vit qu’une fois, on s’est offerts un hôtel hors du commun : un ryokan. Je vous en parlais ici, le ryokan Kankaso nous a séduit pour plein de raisons, mais la première, c’est de nous avoir permis de séjourner dans une grande et belle maison traditionnelle.

nara, japon, kankaso inn, ryokan kankaso, ryokan nara, nara, yukata

Porter un yukata de coton : le summum du confort et de l’élégance pour ne pas sortir de ta chambre !

C’est un ryokan assez particulier, puisque situé tout près du célèbre temple Todaiji. Pour la petite histoire, à l’origine, notre ryokan était même un sous-temple, annexe du temple Todaiji !

Luxe, calme et volupté : nous n’avons rien entendu d’autre que des oiseaux dans le joli jardin soigneusement entretenu pour le plaisir des yeux.
Nous avons bénéficié d’un service aussi souriant que discret, pour nous laisser un maximum d’intimité sans pour autant avoir à lever le petit doigt pour notre repas du soir, servi en une multitude de plats tous plus raffinés et délicieux les uns que les autres : sans nul doute l’un de mes souvenirs les plus marquants de mon voyage au japon.

ryokan, ryokan repas, ryokan kankaso, kankaso inn, menu japonais ryokan, dîner ryokan

Enfin, tester un bain à deux, dans une salle de bains “familiale” privatisée pour nous, a représenté la petite part de luxe la plus improbable de notre séjour sur place : oui, l’eau est très (très) chaude, mais rien ne vaut ce moment : pouvoir juste barboter en regardant un superbe jardin aux couleurs de l’automne, dans un moment qui semble suspendu en-dehors du temps et de tous nos repères.

1011 Nara_2091

Petit aperçu de notre chambre et son “coin-lecture”, ou coin détente…

Le reste du temps, nous étions en mode “Picsou” : économiser un peu sur le repas du soir en dînant dans notre Airbnb, pour pouvoir s’offrir un restaurant un autre jour ou une virée shopping. C’est le jeu, on n’est pas millionnaires, mais ce genre de petite parenthèse offre une perspective différente à propos de notre voyage.
Elle nous “oblige” à nous poser, à ne pas être dans la recherche permanente d’une nouvelle activité à faire, d’un endroit à visiter, elle nous oblige à être dans l’instant présent, et à savourer.
Ne pas avoir à se préoccuper de la cuisine, des courses, être dans un lieu exceptionnel : c’est une expérience en soi et je vous la recommande mille fois, même si elle a un coût. Tester un art de vivre traditionnel est très immersif, et même si on ne fait qu’effleurer un aspect de la culture d’un pays, ici au Japon, dans ce ryokan, nous nous sommes sentis extrêmement privilégiés.
Comme le décrit si bien Lucie du blog Voyages et vagabondages, “Tout est propice à la relaxation, à la détente et à la contemplation. Le temps ralentit et l’on savoure chaque seconde, comme si c’était le moment le plus important de notre vie.

Ce soir-là, après un repas composé de nombreux petits plats (soupe, fondue, poisson, viande…), nous avons éteint la lumière et avons dormi comme des bébés sur nos futons, mode dodo que nous avons inauguré à l’occasion.
Sans oublier les chaussettes de la mort qui tue :

Après un gargantuesque petit déjeuner (où j’ai dû laisser de côté un plat au goût vraiment trop étrange !), nous voilà repartis pour une balade à Nara avant de découvrir Kyoto.

nara, daims nara, nourrir daims naraAh ah, vous avez cru que j’allais vous épargner les photos de daims ?
Le lendemain, l’effet de surprise passé, mon plaisir de retrouver les jolies biches gourmandes était intact!

1111Nara arrivée à Kyoto_0185

Des bébéééés ! (Hystérie !)

nara, nara daims, nara biches, nara japon, voyage japon, japon insolite, parc daims japon

Après avoir nourri encore quelques bichettes, nous avisons le jardin botanique Man’yo, aussi appelé jardin Kasuga Taisha : pour un prix d’entrée de 500 yen, nous voilà au paradis…

jardin botanique man'yo, jardin botanique nara, jardin botanique Kasuga Taisha, jardin Kasuga Taisha, jardin nara, balade nara, nature nara, momiji nara, érables momiji, momiji japon

On ne peut que vous recommander ce magnifique petit jardin, où nous étions presque les seuls à nous promener (luxe que nous apprécierons pleinement plus tard, en réalisant à Kyoto que chaque jardin visité sera envahi par la foule…), et où l’atmosphère apaisante et tranquille nous a permis de savourer pleinement les couleurs incroyables des érables. Et le vert presque fluo de cette mousse, on ne s’en est pas remis !

jardin botanique man'yo, jardin botanique nara, jardin botanique Kasuga Taisha, jardin Kasuga Taisha, jardin nara, balade nara, nature nara, momiji nara, érables momiji, momiji japon

jardin botanique man'yo, jardin botanique nara, jardin botanique Kasuga Taisha, jardin Kasuga Taisha, jardin nara, balade nara, nature nara, momiji nara, érables momiji, momiji japon

Mine de rien, le temps de faire les photos et de déambuler à droite à gauche, la promenade nous a occupés une bonne heure. Mon regret : ne pas avoir pris de livre à bouquiner dans ce cadre enchanteur…

jardin botanique man'yo, jardin botanique nara, jardin botanique Kasuga Taisha, jardin Kasuga Taisha, jardin nara, balade nara, nature nara, momiji nara, érables momiji, momiji japon

Ah non, on n’était pas tout à fait seuls !

jardin botanique man'yo, jardin botanique nara, jardin botanique Kasuga Taisha, jardin Kasuga Taisha, jardin nara, balade nara, nature nara, momiji nara, érables momiji, momiji japon

Dans la continuité de notre promenade, nous découvrons une superbe allée de Tori :nara, nara japon, tourisme naranara, nara japon, tourisme nara

nara, daims nara, nourrir daims nara

Le selfie avec un daim, un “classique” pas si facile que ça à gérer !

nara, nara japon, tourisme nara

La journée était belle et ensoleillée, mais avec la fatigue accumulée, et malgré notre nuit reconstituante, nous sommes conscients qu’avec un long trajet de retour vers Kyoto, on ne pourra pas s’éterniser à Nara.

Une fois installés dans le train, après un petit passage à l’Office de tourisme de Nara pour faire tamponner nos carnets avec le tampon spécial “daim”, on pique du nez jusqu’à notre arrivée à Kyoto.

Notre arrivée à Kyoto fut cacophonique, puisqu’on a longtemps tourné en rond pour retrouver l’emplacement des consignes où nous avions laissé nos valises, et parce que trouver le bon bus en direction de notre logement n’a pas été très simple.
Une fois dans le bus, on ne fait pas trop nos malins : on est très chargés et avec nos valises, on prend beaucoup de place alors qu’il est déjà bondé, et pour ne rien arranger, on flippe de rater notre arrêt. Tout ça me met l’estomac un peu en pelote, alors que jusque-là, on s’en est très bien sortis.
Avant de sortir du bus, je tends un billet au chauffeur pour payer mon trajet, alors que Cédric avait l’appoint avec lui pour son trajet. Après une minute d’échange et d’incompréhension de part et d’autre, le chauffeur me fait signe de quitter le bus sans autre forme de procès, et je descends donc sur le trottoir, mon billet de 1000 yen à la main, sans bien avoir compris en quoi j’ai commis un impair…

Je l’apprendrai plus tard, dans le bus il faut payer avec l’appoint ou avec une carte illimitée à la journée, et le chauffeur n’était sans doute pas à même de me rendre ma monnaie, d’où son impatience face à mon incrédulité.

Ce micro-évènement, bien ordinaire dans son contexte (je suis la touriste de base ne parlant pas japonais et pas assez bien informée sur les moyens de transports à Kyoto), m’a pourtant laissé un goût un peu amer. Sur le coup, je me suis sentie malpolie et pointée du doigt, sentiment pas très agréable à vrai dire, alors que je voulais juste payer mon trajet.
Dès le lendemain, j’avais oublié ce petit couac, et puis de toutes façons, ça fait aussi partie du voyage, les imprévus ou les petites incompréhensions…

Après ça, on n’est pas allés très loin de notre Airbnb, en dégotant un très bon petit resto de gyozas sans prétention. Et ensuite, dodo, il faut être en forme pour découvrir Kyoto…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *