Un dimanche dans l’Allier : découvrir un vieux château abandonné….

Mes parents, habitant dans l’Allier, connaissent pas mal de chouettes spots dans le coin, y compris ceux qu’on ne trouve dans aucun guide touristique, les petits coins sympas que je serai bien incapable de localiser sans eux.

Merci à Jordan pour nous avoir transmis cette belle image du château, nous on était trop focus sur les détails !

Et un beau jour, ma mère m’a expliqué que le dimanche après-midi, avec mon père, ils avaient fait de “l’urbex”. Entendre ce mot dans sa bouche était déjà assez surprenant en soi (c’est un truc de la nouvelle génération l’urbex, on est d’accord ?), mais surtout, j’ai cru qu’elle avait confondu avec autre chose. Mais non, après m’avoir envoyé une ou deux photos, j’ai bien dû me rendre à l’évidence : ce beau château tombant en ruines m’avait tout l’air de rentrer dans cette catégorie !

L’urbex, pour info, c’est le principe de visiter des lieux abandonnés, (maisons, châteaux, thermes, etc), sans dégrader le lieu ni voler quoi que ce soit. Il s’agit d’une pratique illégale puisque souvent, ces propriétés sont privées; et souvent dangereuse, puisque par définition, les lieux plus ou moins abîmés ou abandonnés peuvent cacher plein de façons de se blesser : en tombant, en s’aventurant sur un sol fragile, etc. Donc quand des occasions se présentent à nous, nous prenons des précautions pour notre sécurité, et nous ne révélons jamais l’emplacement de ces endroits, pour éviter un effet “tourisme” qui peut s’avérer dommageable pour le lieu et pour les personnes mal informées sur les risques encourus.

Pour en revenir à nos moutons, et pour vous présenter succinctement ce château, on ne sait pas grand-chose de son histoire, même après avoir un peu fouillé sur Internet. Il s’agit d’un château qui a subi un incendie il y a de nombreuses décennies (50, 60 ans ? Plus ?….), et qui est resté plutôt intact, c’est-à-dire sans les dégradations habituelles de la main de l’homme : détritus, graffitis, etc. C’est en cela que je l’ai trouvé plutôt “préservé”, même si le temps a fait son œuvre, et qu’il est donc envahi par la terre et la végétation.

Le porche d’entrée est resté impressionnant je trouve, et l’encadrement de la porte est étonnamment bien préservé, laissant imaginer la beauté de la structure d’origine.

Une vue de l’arrière du château, presque totalement enseveli sous la végétation grimpante….

Plus loin derrière le château, la découverte continue avec un ensemble constitué d’une ancienne étable, d’une sorte de garage pour engins agricoles, et d’une dépendance pour les domestiques. Là encore, le temps a fait son œuvre, mais on reconnaît parfaitement certains objets restés dans leur jus.

L’ancienne étable, où il reste même du foin dans les mangeoires….

Le mauvais temps, et la faible luminosité ont écourté notre visite des lieux : nul doute qu’au printemps ou en été, le cadre doit encore se transformer en écho à la nature en pleine éclosion. Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à nous faire signe, ça nous encouragera à retourner y faire quelques clichés par beau temps ! 🙂

 

Aucun commentaires

Laisser un commentaire