Le Japon, pourquoi, comment?

Le Japon, cette destination longtemps inaccessible dans la tête et dans le porte-monnaie…
Jusqu’à ce jour où finalement, les économies sont là, et où l’idée n’attendait que ce feu vert pour germer un beau soir de décembre 2015 : et si on partait au Japon ??

E.T., extraterrestre

Une rencontre fortuite !

Mauvais timing, me suis-je dit au départ : préparer en décembre un voyage pour le mois d’Avril suivant, ça allait être trop juste niveau logistique et niveau sous. (Oui, tout n’était pas encore acquis.)
A la base, partir en Avril pour les cerisiers en fleurs était le top du top, mais après quelques recherches, on réalise que Momiji, c’est-à-dire l’automne et ses érables rouges, est aussi une saison très appréciée au Japon. Et nous qui sommes dingo des érables (Cédric en a 2 chez lui !), il ne nous en faut pas plus pour se décider.

Ce sera le Japon, en Novembre, pour 3 semaines bien remplies. Car quitte à partir avec 12h de vol d’avion dans le nez à l’aller et autant au retour, restons-y au moins 3 semaines !

Ensuite, l’itinéraire.
Pas une mince affaire, surtout dans l’optique où nous étions seulement nous deux et nos envies pour organiser ces 3 petites semaines.

Après de nombreuses sessions de lecture du Lonely Planet, et épluchage de blogs en tous sens, quelques priorités apparaissent :

Tokyo évidemment, qui se taillera la plus grosse part avec 10 jours rien que pour elle.
Nara avec une nuit sur place dans un beau Ryokan qui sera notre gros “luxe” du voyage.
Kyoto avec 4 jours sur place, ce qui s’avèrera trop court. On aurait sans doute pu rogner 1 jour sur Tokyo.
Hiroshima pour une journée de découverte.
Miyajima, étape incontournable pour nous, nous y resterons une journée, qui sera bien remplie !
– Et enfin, Osaka, où nous passerons 3 jours, avant de revenir à Tokyo prendre l’avion. (Logiquement, il aurait été plus malin et moins fatigant de reprendre l’avion à Osaka plutôt que de revenir à Tokyo !)osaka, japon insolite, caca sur la tête, crotte

Pour l’aspect pratique, nous avons décidé de mixer plusieurs formules d’hébergement :
-En hôtel lorsque nous ne passions qu’une nuit sur place, c’est-à-dire à Hiroshima (le Daiwa Roynet Hotel, bien situé, très fonctionnel, propre, bonne literie, et grande salle de bains) et Tokyo pour le dernier jour. (Un hôtel près de Hamamatsucho, c’est-à-dire juste à côté de la ligne qui conduit directement à l’aéroport de Haneda, et près de la tour de Tokyo, accessoirement.)
– En appartement Airbnb pour l’aspect économique et fonctionnel (pouvoir petit-déjeuner et dîner dans un appart et non dans une chambre d’hôtel), et pour les “longues durées”, à savoir : les 10 nuits passées à Tokyo et les 5 nuits à Kyoto.
Nous vous recommandons chaudement notre appart de Kyoto, il était à la fois chaleureux, très propre, pratique, hyper bien placé (à proximité des temples et des transports), pour un prix très concurrentiel. Et le lit était très confortable ! Celui que nous avons loué à Tokyo était plutôt décevant, avec sa lumière au néon (pas très romantique !), sa salle de bains microscopique (taille Polly pocket et cheap), et difficile à chauffer. Je ne vous mets pas de lien, vous trouverez forcément mieux.
– Enfin, nous avons eu la chance de séjourner dans deux ryokan, à Nara et Osaka.
Qu’est-ce qu’un ryokan ? Il s’agit d’une auberge typique du Japon. Mais pas n’importe quelle auberge : ce sont des maisons traditionnelles, magnifiques pour celles que nous avons eu la chance de réserver, avec une qualité de services incomparable. On y dort sur des futons, et on vous y sert un petit-déjeuner délicieux !

kankaso ryokan, kankaso inn, ryokan japon, ryokan nara

Oubliez notre tête du matin, et regardez-moi ce petit dej de compète !

A Nara, nous avons choisi le luxueux ryokan Kankaso. Je dis luxueux car clairement, nous avons apprécié notre grande chambre avec son salon privé, notre vue sur le joli jardin, et surtout, l’accès privé à une salle de bains comme jamais nous n’en avions vu ! Imaginez une immense baignoire, ou plutôt un petit bassin, avec une eau très chaude pour vous délasser… Avec une vue dégagée sur le petit jardin, en bonus ! Nous en sommes ressortis rouge écrevisses, mais quel bonheur !
En sortant de ce bain relaxant, direction notre salon, où le dîner gargantuesque qui nous attend commence à être servi. C’est presque un spectacle, aussi bien visuel que gustatif, car les petits plats sont tous plus délicats à regarder les uns que les autres : ici une minuscule feuille d’érable rouge, là une petite fleur… Et les saveurs sont au RDV : même si nous ne savons pas toujours ce que nous mangeons, nous apprécions la finesse des plats présentés.
En un mot : si vous avez la possibilité de tester un ryokan, foncez ! Celui-là ne vous décevra pas.
Kankaso Inn
10 Kasugano-cho
Nara -shi

2016-11-06_0006_IMG_9282

Momijiiiiiii !

Un mot également sur notre ryokan d’Osaka, le Carpe Diem.
Nous avons été très agréablement surpris du contraste entre les artères animées, aux gratte-ciels et néons omniprésents, et les petites rues verdoyantes d’Osaka. Notre ryokan était situé dans une de ces petites rues calmes, à quelques minutes d’une vie citadine plus “active”, et nous avons pleinement apprécié cette tranquillité.
Pour ne rien gâcher, le ryokan nous a offert le monde clos et paisible d’un magnifique jardin, dont les charmes évidents à l’automne doivent être encore plus éclatants au printemps. Cerise sur le gâteau : notre très grande chambre propose deux futons moelleux juste ce qu’il faut, et la gentillesse de nos hôtes va jusqu’à s’occuper pour nous du transport de nos bagages jusqu’à Tokyo. (Je vous en parle un peu plus bas).
Le petit déjeuner, savoureux et pas trop lourd, nous est servi avec le sourire dans une très jolie salle à manger.
Si vous passez à Osaka (et ce serait dommage de s’en priver), pensez au Carpe Diem.
Carpe Diem
3 Chome-2-14 Nakahama
Joto Ward
Osaka

Et les transports ?

shinkansen, train japon, japan rail pass, nounours train

Un combo train-nounours. Ou le merchandising qui te donne envie d’acheter tellement c’est WTF et mignon !

Ok, on ne va pas vous assommer avec la question des transports, disons juste qu’on a pris un Japan Rail Pass de 2 semaines pour couvrir nos déplacements, puisque l’investissement était justifié en comparaison des trajets qu’on aurait dû payer séparément.
Et on ne nous avait pas menti sur le sujet : le Shinkansen est propre, rapide, hyper-confortable avec ses sièges avec de la place pour les jambes, et les bento que vous pourrez acheter dans les gares sont super bons pour l’équivalent d’une dizaine d’€.
Par contre, pas beaucoup de place pour les grosses valises… A défaut d’une autre solution, l’une d’entre elles a voyagé à côté de nous, occupant une place de train. Par la suite, et comme nos valises étaient de plus en plus lourdes, nous avons bénéficié du service Takyubin.

Takkyubin est un service de livraison au Japon. Tout est (très bien) expliqué ici.
Un peu frileux à l’idée de s’en servir, Takkyubin est une solution qui s’est imposée d’elle-même : très économique -nous avons payé des casiers 14€/valise, alors que Takkyubin propose une livraison à l’endroit de son choix pour le même prix !-, Takkyubin est surtout une solution qui vous dégagera du stress inévitable quand vous réaliserez que vous devrez prendre le train avec une valise aussi lourde que peu maniable, à traîner dans les escaliers et à caser dans un train qui n’est pas réfléchi en termes de bagages volumineux. Bref! On ne peut que vous conseiller cette solution. Avec l’aide du personnel d’accueil des hôtels ou de vos hôtes, ça se passera comme une lettre à la poste !!

Et toi aussi, grâce à Takkyubin, tu seras détendu !

Et toi aussi, grâce à Takkyubin, tu seras détendu !

Bon, on a un peu fait le tour des questions pratiques…

Mais j’en ai sûrement oublié au passage, donc si vous avez des questions (sur notre petite expérience !), n’hésitez pas !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *